Jake Arditti

At the Menton music festival in

Jake Arditti - © DR

Contre-ténor

À l’âge de onze ans, Jake Arditti débute comme chanteur professionnel avec Yniold dans Pelléas et Mélisande au Glyndebourne Festival Opera ainsi que de nombreuses productions de l’English National Opera. C’est en 2012 qu’il connait une ascension fulgurante à la suite d’un prix gagné au Concours international Cesti du Festival de Musique Ancienne d’Innsbruck.

Grâce à « la richesse remarquable de sa couleur vocale et de sa présence sur scène » (Daily Telegraph), il jouit d’une belle renommée auprès des critiques et du public, non seulement dans des rôles baroques virtuoses tels que Rinaldo de Haendel (Bolshoi Theatre, Moscou), Serse (rôle-titre au Longborough Festival Opera), Riccardo Primo (rôle-titre au London Handel Festival), Sesto (Teatro Colón) et Nireno (ENO) dans Giulio Cesare, Narciso dans Agrippina (Opera Vlaanderen), mais aussi dans des rôles plus rares tels que Emone dans Antigone de Traetta (Wiener Kammeroper), Euripilo/La Discordia/Polluce dans Elena de Cavalli (Festival d’Aix en Provence, Lille et Lisbonne).

Parmi le répertoire baroque anglais, il incarne Spirit dans Didon et Enée de Purcell, Cupidon dans Venus et Adonis de Blow à Innsbruck, tandis que le Guardian qualifie d’« exceptionnelle » son interprétation du rôle de Othniel dans Joshua de Haendel. Il fait aussi récemment ses débuts dans le rôle de David dans Saul de Haendel (Theater an der Wien) dirigée par Laurence Cummings.

Son répertoire romantique et contemporain inclut les rôles de Hänsel dans Hänsel et Gretel de Humperdinck (Wiener Kammeroper), Voice of Apollo dans Death in Venice (Stuttgart), Prince Gogo dans Le grand macabre de Ligeti (Essen) et SUM de Max Richter et Wayne McGregor, créé en 2012 au Linbury Theatre du Royal Opera House. L’amplitude de sa tessiture lui permet aussi de chanter des rôles tels que Amore (Theater an der Wien et Zürich Opera), Nerone (Pinchgut Opera, Sydney) dans L’incoronazione di Poppea de Monteverdi, Nerone dans Agrippina de Haendel (Theater an der Wien et Göttingen Handel Festival).

En concert, Jake Arditti fait preuve d’une polyvalence tout aussi remarquable : Satirino dans La Calisto de Cavalli (La Nuova Musica au Wigmore Hall), Contre-ténors (avec Il Pomo d’Oro au Festival de Sablé), From Soul to Soul avec le Pera Ensemble (Heidelberg et Cologne), la création de Canciones Lunáticas pour contre-ténor et quatuor à cordes de Hilda Paredes (au Festival d’Edinburgh et dans de nombreuses salles des deux côtés de l’Atlantique)…

71e Festival de Musique de Menton

Après les annonces du président de la République le 13 avril 2020 et sa décision de n’autoriser la tenue des festivals qu’après la mi-juillet, nombre de nos confrères ont d’ores et déjà statué sur le maintien ou l’annulation de leur événement.

Le Festival de Musique de Menton, pour sa part, explore encore toutes les options possibles et rendra publique sa décision avant la fin du mois de mai. Nos équipes et les artistes se concertent actuellement pour que la 71e édition puisse voir le jour, quelle que soit sa forme, afin que résonne cette année encore la musique à Menton.

Nous adressons bien entendu toutes nos pensées au milieu hospitalier, aux malades et à leurs proches, ainsi qu’à la grande famille de la culture durement touchée. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’évolution de notre situation.

Jean-Claude Guibal, Maire de Menton.

Paul-Emmanuel Thomas, directeur artistique du Festival de Musique de Menton.

PARTNERS AND SPONSORS

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image